LES 400 MOTS DE RÉJEAN THOMAS

Image

Réjean Thomas

NDLR: Compte tenu de l’urgence de la situation face à la Variole Simienne à Montréal, le Docteur Réjean Thomas a souhaité traiter de cette question en alertant le public sur l’importance de la vaccination, au plus vite!

« Nous sommes actuellement face à l’éclosion d’une nouvelle maladie officiel-lement non transmise sexuellement mais qui affecte à 98% des hommes gais et bisexuels. Tous les jours à l’Actuel, nous avons entre 3 et 5 personnes qui viennent pour ça, pour un diagnostic. Il y a des cas classiques dans la majorité des cas, mais il y a aussi des cas atypiques dont les lésions ne sont pas claires, pas évidentes d’où l’importance de faire un dépistage », nous explique le Docteur Thomas, qui insiste pour faire comprendre au public que la situation actuelle est en progression malgré toute la vaccination depuis juin. Malheureusement, la vaccination stagne actuellement autour des 9000 hommes gais ou bisexuels traités alors qu’au début, on visait les 25 000.

« Ce qu’on voit à la clinique c’est des patients avec des lésions importantes, des lésions à la bouche, à la gorge, sur le visage, sur les organes génitaux et ces ulcères sont très, très, très douloureux. Plusieurs de nos patients sont hospitalisés, un de nos patients n’était même plus capable d’avaler parce qu’il en avait partout dans la bouche et d’autres parce que les ulcères se sont surinfectés, ce n’est pas une maladie banale! » raconte le spécialiste québécois des ITS qui ajoute avec un peu d’humour qu’il a développé une expertise sur la Variole Simienne sur le tas et qu’il fallait aller vite pour non seulement mieux soigner les patients, mais aussi pour gérer leur isolement quand ils viennent à la clinique.

« On a la chance d’avoir un vaccin et même si on manque un peu de recul sur son efficacité, parce que la Variole Simienne ce n’est pas la même chose que la Variole classique, le vaccin semble montrer une bonne efficacité et je le dis clairement à mes patients, vous ne voulez pas attraper cette maladie-là! Quand je leur explique les conséquences de cette infection, ils vont se faire vacciner. L’inquiétude qu’on a actuellement c’est que dans une semaine commencera le congrès mondiale du VIH, qui attire une multitude d’hommes gais et ensuite tous les festivals et les événements qui s’adressent aussi à des personnes et des touristes gais ou bisexuels. 

Le vaccin prend d’une à deux semaines à agir, il faut le prendre dès maintenant et surtout ne pas attendre la veille de ces événements pour se protéger », insiste le Docteur Thomas.

Il ajoute que le problème n’est pas que la Variole Simienne, parfois, quand un patient va se faire dépister pour cette infection, on découvre qu’il est aussi porteur d’un herpès ou d’une syphilis en même temps, le risque de complications est alors plus élevé.

Il faut aussi parler des conséquences économiques de l’infection. Quelqu’un qui reçoit le diagnostic de la Variole Simienne doit s’isoler de 2 à 4 semaines. Les salariés se retrouvent parfois sans revenus, en plus de ne pouvoir sortir pour faire leurs courses, leur épicerie, etc. Le Docteur Thomas croit qu’on pourrait tout à fait reprendre le contrôle de la situation en vaccinant le plus de personnes possible. À suivre…