Qu’est-ce que le Syndrome de Stockholm?

Image

Jojo Ming

Le Syndrome de Stockholm est un phénomène psychologique complexe qui se manifeste lorsque des otages développent des sentiments de sympathie, d’empathie ou d’attachement envers leurs ravisseurs. Bien que ce syndrome soit souvent associé à des situations de prise d’otages, il peut également se produire dans d’autres contextes de captivité prolongée ou de relations abusives.

1. Origines et Définition :

Le terme « Syndrome de Stockholm » tire son nom d’un événement qui s’est déroulé en août 1973, lorsqu’une prise d’otages a eu lieu dans une banque de Stockholm, en Suède. Les otages, qui ont été retenus pendant six jours par deux criminels, ont fini par développer une forme d’empathie envers leurs ravisseurs. Les otages ont même défendu leurs agresseurs lors de leur procès.

Le psychologue et criminologue Nils Bejerot a été le premier à utiliser le terme « Syndrome de Stockholm » pour décrire ce phénomène. Il a observé que les otages développaient un lien émotionnel avec leurs ravisseurs, ce qui les poussait parfois à agir en leur faveur. Depuis lors, le Syndrome de Stockholm est devenu un concept largement reconnu en psychologie.

2. Causes Possibles :

Les causes du Syndrome de Stockholm sont complexes et multifactorielles, et il n’existe pas de modèle explicatif unique pour l’expliquer. Cependant, plusieurs facteurs peuvent contribuer à son développement :

  • Captive-Dépendance : Lorsqu’une personne est prise en otage ou placée dans une situation de captivité, elle devient dépendante de ses ravisseurs pour ses besoins de base, tels que la nourriture, l’eau, la sécurité et la survie. Cette dépendance peut créer un sentiment de vulnérabilité et une recherche de protection, ce qui peut favoriser le développement du syndrome.
  • Isolement Émotionnel : Les otages sont souvent isolés de leur entourage, privés de contact avec leur famille, leurs amis ou le monde extérieur. Cet isolement émotionnel peut renforcer leur dépendance à l’égard de leurs ravisseurs, car ces derniers deviennent leur principal point de référence social et émotionnel.
  • Menaces et Violence : Les ravisseurs peuvent utiliser des menaces, des actes de violence ou la peur pour contrôler les otages. Cette instabilité émotionnelle et psychologique peut amener les otages à rechercher un moyen de réduire la menace, ce qui peut les pousser à développer une sympathie envers leurs ravisseurs.
  • Dissociation : Certains otages peuvent entrer dans un état de dissociation, où ils se déconnectent de la réalité pour faire face à la situation traumatisante. Cela peut entraîner une distorsion de la perception, rendant plus difficile le discernement entre amis et ennemis.
  • Besoin de Survie : Les êtres humains ont un instinct de survie puissant. Dans des situations de vie ou de mort, il est possible que certains otages cherchent à gagner la faveur de leurs ravisseurs pour augmenter leurs chances de survie.
  • Syndrome de la Victime : Certaines personnes sont plus enclines à adopter un rôle de victime, même lorsque cela ne leur est pas imposé. Ce trait de personnalité peut augmenter leur propension à développer le Syndrome de Stockholm.

3. Symptômes :

Le Syndrome de Stockholm peut se manifester par une variété de symptômes, bien que tous ne soient pas présents chez chaque individu. Les symptômes courants comprennent :

  • Sympathie envers les ravisseurs : Les otages peuvent ressentir de la sympathie, de la compréhension ou de la compassion envers leurs ravisseurs. Ils peuvent essayer de justifier les actions des ravisseurs ou minimiser leur culpabilité.
  • Peur de la libération : Paradoxalement, certains otages peuvent ressentir de la peur ou de l’anxiété à l’idée d’être libérés. Le monde extérieur peut sembler menaçant ou inconnu, et les otages peuvent craindre d’être abandonnés ou rejetés.
  • Défense des ravisseurs : Les otages peuvent se mettre à défendre leurs ravisseurs, même en présence d’éléments de preuve accablants. Ils peuvent être réticents à coopérer avec les autorités ou à témoigner contre les ravisseurs.
  • Lien émotionnel : Certains otages développent un lien émotionnel profond avec leurs ravisseurs, allant parfois jusqu’à ressentir de l’amour ou de l’attachement envers eux.
  • Syndrome de Stress Post-Traumatique (SSPT) : Après leur libération, de nombreux otages développent des symptômes de SSPT, notamment des cauchemars, des flashbacks et des troubles de l’humeur.

4. Controverses :

Bien que le Syndrome de Stockholm soit largement accepté en psychologie, il a également fait l’objet de controverses et de critiques. Certains experts remettent en question l’étendue de sa validité en tant que concept psychologique distinct, arguant que de nombreux symptômes du syndrome peuvent être expliqués par d’autres facteurs, tels que la survie en situation de captivité.

De plus, il est important de noter que le Syndrome de Stockholm ne se produit pas systématiquement dans toutes les situations de prise d’otages. Il s’agit plutôt d’un phénomène complexe qui peut se manifester de manière variable en fonction des circonstances, de la personnalité des otages et des ravisseurs, ainsi que de nombreux autres facteurs.

5. Prévention et Traitement :

La prévention du Syndrome de Stockholm implique principalement de minimiser les risques de prise d’otages et d’autres situations de captivité. Cela peut être réalisé par une formation adéquate des professionnels de la sécurité et des négociateurs, ainsi que par des protocoles de gestion de crise efficaces.

En ce qui concerne le traitement, les victimes du Syndrome de Stockholm, une fois libérées, peuvent bénéficier de soutien psychologique et de thérapie pour traiter les symptômes de stress post-traumatique et d’autres troubles émotionnels. La prise en charge comprend souvent la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie de groupe et la thérapie individuelle pour aider les individus à comprendre et à surmonter leur expérience traumatisante.