RETRAITE OU TRAVAIL? Quelles sont les tendances au Canada?

SCHL

Bien que l’âge normal de la retraite au Canada soit 65 ans, la retraite obligatoire a été abolie dans la plupart des provinces et territoires. Ainsi, les aînés qui veulent continuer de travailler après 65 ans peuvent le faire plus facilement.

Comme on pouvait s’y attendre, les statistiques de 2011 indiquent que les taux d’activité diminuent à mesure que les gens approchent de 65 ans. En 2011, le taux d’activité des hommes de 45 à 54 ans atteignait environ 89 %. Ce taux tombait à 69% chez les 55 à 64 ans, à 26 % pour les 65 à 74 ans et à 7,0% dans le cas des 75 ans et plus. On constate la même tendance chez les femmes, bien que leurs taux d’activité soient plus bas que ceux des hommes dans tous les groupes d’âge.

Par suite de l’abolition de la retraite obligatoire, les taux d’activité des Canadiens âgés ont augmenté entre 2001 et 2011. Ceux des Canadiens de 55 à 64 ans sont passés de 54,0 % à 59,7 % pendant cette période de dix ans, alors que ceux des Canadiens de 65 à 74 ans ont progressé de 12,6 % à 16,0 % et ceux des Canadiens de 75 ans et plus, de 3,7 % à 4,5 %. En d’autres termes, les Canadiens âgés travaillent plus longtemps. En 2006, il y avait une forte concentration de Canadiens âgés actifs sur le marché du travail dans trois secteurs: les services aux consommateurs, les services aux entreprises et les produits primaires. Les services aux consommateurs emploient la proportion la plus forte de Canadiens âgés de 65 ans et plus (29 % d’hommes et 36% de femmes).

Les aînés très instruits sont plus susceptibles de continuer de travailler après 65 ans, l’âge traditionnel de la retraite. Ceci est peut-être attribuable, en partie, au fait que les emplois nécessitant des niveaux d’instruction plus élevés sont habituellement moins exigeants sur le plan physique, de sorte que les limitations physiques normalement associées au vieillissement pourraient être moins susceptibles d’amener les gens à prendre leur retraite. Une étude menée en 2013 a découvert que bien des gens considèrent maintenant la retraite comme une occasion de réorienter leur carrière. En effet, la moitié des personnes interrogées affirment vouloir se lancer dans une toute nouvelle carrière plutôt que de continuer de travailler dans le même champ d’activité qu’avant leur retraite.

En ce qui concerne le logement, tout cela signifie que les cohortes de Canadiens moins âgés ne présument pas qu’ils arrêteront de travailler à l’âge normal de la retraite et qu’ils veulent probablement conserver une marge de manoeuvre. Il y aura quand même une demande de collectivités de retraités et de modes de logement traditionnels, mais les personnes qui prévoient continuer de travailler longtemps après l’âge de 65 ans seront attirées par les logements qui offrent des caractéristiques comme des espaces leur permettant de travailler à la maison ou situés à une distance raisonnable des occasions d’emploi.

Source : Statistiques Canada, Rapport de l’Enquête sociale générale de 2007: Planification de retraite et attentes des travailleurs plus âgés, produit no 11 008-X au catalogue de Statistiques Canada