Qu’est-ce que le Concile Vatican II a Changé pour les LGBT?

Image

Carle Jasmin

Le Concile Vatican II, également connu sous le nom de Deuxième Concile du Vatican, qui s’est tenu de 1962 à 1965, a été une étape importante dans l’histoire de l’Église catholique. Il a apporté des changements significatifs à divers aspects de la doctrine et de la liturgie catholiques, mais il n’a pas engagé de modifications majeures en ce qui concerne les enseignements de l’Église sur l’homosexualité ou les droits des personnes LGBTQ+.

Contexte du Concile Vatican II : Le Concile Vatican II a été convoqué par le pape Jean XXIII pour moderniser et réformer l’Église catholique afin de la rendre plus pertinente et accessible au monde moderne. Il a rassemblé des évêques du monde entier pour discuter de diverses questions ecclésiastiques et théologiques.

L’enseignement de l’Église sur l’homosexualité avant Vatican II : Avant le Concile Vatican II, l’Église catholique enseignait que l’homosexualité était intrinsèquement désordonnée et contraire à la loi naturelle. Les personnes LGBTQ+ étaient souvent stigmatisées et encouragées à vivre une vie chaste, en s’abstenant de relations homosexuelles. Les prêtres et les religieux homosexuels étaient soumis à un examen rigoureux et risquaient l’excommunication.

Changements et Influences indirectes du Concile Vatican II : Bien que le Concile Vatican II n’ait pas apporté de changements spécifiques aux enseignements de l’Église sur l’homosexualité, il a eu des implications indirectes pour les personnes LGBTQ+ et la manière dont l’Église les perçoit :

  1. Dignité Humaine : Le Concile Vatican II a souligné la dignité intrinsèque de chaque personne humaine, ce qui a ouvert la voie à une réflexion plus approfondie sur la manière dont les personnes LGBTQ+ sont traitées et considérées au sein de l’Église.
  2. Dialogue et Ouverture : Le Concile a encouragé le dialogue avec le monde moderne, y compris avec des groupes marginalisés. Bien que ce dialogue ait pris du temps à se développer, il a permis d’aborder des questions relatives aux droits des personnes LGBTQ+ de manière plus ouverte.
  3. Évolution des Attitudes : Le Concile a contribué à un changement progressif des attitudes au sein de l’Église. Certains évêques et théologiens ont commencé à remettre en question les enseignements traditionnels sur l’homosexualité à la lumière des principes de l’inclusion et du respect de la dignité humaine.

Le Magistère Post-Vatican II : Après le Concile Vatican II, plusieurs papes ont réaffirmé les enseignements traditionnels de l’Église sur l’homosexualité. Le pape Paul VI, par exemple, a publié l’encyclique Humanae Vitae en 1968, qui réitérait l’opposition de l’Église à l’homosexualité et à la contraception.

Le Catechisme de l’Église Catholique : En 1992, le pape Jean-Paul II a publié le Catechisme de l’Église catholique, qui réaffirmait l’enseignement traditionnel de l’Église sur l’homosexualité, considérant les actes homosexuels comme « intrinsèquement désordonnés. » Cette position est restée inchangée dans la dernière édition du catéchisme publiée en 1997.

Papes Récents et Ouverture au Dialogue : Plus récemment, les papes François et Benoît XVI ont pris des positions plus nuancées sur la question de l’homosexualité, en soulignant la nécessité d’accueillir et de respecter les personnes LGBTQ+ tout en maintenant la doctrine de l’Église sur la sexualité. Le pape François a notamment déclaré : « Qui suis-je pour juger ? »

Débats et Divisions Internes : Les enseignements de l’Église sur l’homosexualité continuent de faire l’objet de débats et de divisions au sein de l’Église. Certains évêques, théologiens et fidèles catholiques plaident en faveur d’une révision des enseignements sur l’homosexualité pour les rendre plus inclusifs, tandis que d’autres restent attachés à la doctrine traditionnelle.

Engagement en faveur des Droits LGBTQ+ : Certains groupes catholiques, notamment des organisations de base et des organisations de laïcs, travaillent à promouvoir les droits et l’inclusion des personnes LGBTQ+ au sein de l’Église et dans la société. Cela comprend des appels à une révision des enseignements sur l’homosexualité.